Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Mensékhar
  • Le blog du Mensékhar
  • : Présentation et publication intégrale de mon ouvrage de science-fiction appelé le Mensékhar
  • Contact

Visiteurs

 

Depuis le début du site, le nombre de visiteurs s'élève à :

   

Recherche

Archives

Catégories

30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 14:55

 

Le terme Mensékhar est un synonyme d'Apocalypse. Le Mensékhar c'est donc la fin du monde, la destruction totale de l'univers.

 

Etran, le Premier Empereur, était doté de pouvoirs prodigieux qui lui ont permis de modeler l'univers à sa convenance. Il a ainsi créé les protonyx, animaux fabuleux, dotés d'un corps de lion et d'une tête de serpent surmontée de cornes. Leur morsure fait mourir instantanément de vieillesse et ils ont la capacité de créer de l'antimatière. Ils résident sur Iadès, une planète rouge située au centre de l'univers.

 

Iades.jpg

 

Le sang d'Etran et celui de tous ses descendants est immunisé contre le venin mortel des protonyx. Lorsqu'un empereur décède, les protonyx commencent à produire de l'antimatière. Le nouvel empereur doit donc se rendre sur Iadès pour les affronter. Il se fait alors mordre par une de ces bêtes ce qui lui permet d'accéder à la conscience des protonyx et de les contrôler mentalement, stoppant alors la production d'antimatière.

  

La dynastie d'Etran ne peut être renversée, car seuls ses descendants peuvent préserver l'univers du chaos. Eux seuls peuvent donc accéder au pouvoir suprême, ils ne sauraient être constestés sans mettre l'humanité en péril.

 

Ce pouvoir absolu a néanmoins un prix. Afin de limiter la progéniture impériale et pour éviter des luttes fratricides entre un trop grand nombre de prétendants, Etran a obligé ses descendants à se contenter d'un fils unique : auquel cas, si un empereur devait avoir un second fils, viendrait le Mensékhar.

 

Le roman Mensékhar traite de cet équilibre instable qui risque de faire basculer à tout moment l'humanité dans le chaos. En dépit des avertissements du Premier Empereur, les protagonistes du roman, tiraillés par des ambitions démesurées, n'hésitent pas à intriguer contre l'empereur Sheshonq et son fils Eden au risque de rompre ce fragile équilibre pourtant préservé depuis près de 100 000 ans.

 

Mon roman commence ici

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 16:36

 

Le Mensékhar se déroule dans un futur très éloigné. Au moment où commence le récit, Etran, le Premier Empereur, fondateur de la dynastie impériale est mort depuis 100 000 ans.

 

Etran a vécu dans les années 2300 de notre ère. Ce militaire d'origine obscure s'est taillé un empire à sa mesure en soumettant à sa volonté la quasi totalité des planètes habitées de l'univers.

 

Pour assurer la pérennité de sa dynastie, Etran a créé les protonyx, animaux fabuleux à corps de lion et à tête de serpent, capables de détruire la matière. Seuls les descendants d'Etran ont le pouvoir de contrôler la puissance destructrice des protonyx. Ainsi, la dynastie ne saurait être renversée sans condamner l'univers à la destruction.

 

Je consacrerai un prochain article aux protonyx dont le rôle est déterminant dans l'histoire.

 

Etran est décédé depuis des milliers d'années et c'est Sheshonq, son lointain descendant qui règne sur l'univers. L'empereur est veuf et a un unique fils légitime âgé de 17 ans, le Prince Eden. Il a également une soeur âgée de 43 ans, la Princesse Sappho

 

L'empereur, atteint d'une maladie inconnue donc incurable, n'a donc que deux héritiers putatifs : Eden et Sappho si le premier venait à disparaître précocement.

 

Ci-dessous, l'empereur Sheshonq en tenue militaire : 

 

SHESHONQ1

 

L'empereur est âgé de 41 ans. Son front est large, il porte un bouc auburn et de fines moustaches retroussées.

 

La fin du règne de Sheshonq est le théâtre d'une multitude d'intrigues entre les prétendants à la succession. L'atmosphère à la cour impériale est d'autant plus délétère que l'empereur est en proie à une paranoïa de plus en plus affirmée. Il s'enferme dans son palais entouré de militaires.

 

La cour est constituée de nobles appelés sparapets. Les sparapets sont des gouverneurs planétaires héréditaires qui doivent rendre compte de la gestion de leur planètes respectives devant l'empereur. Ils résident la plupart du temps dans leurs palais de la Cité Interdite, sur la planète Gayanès. La Cité Interdite, réservée aux élites de l'empire, est le siège de la cour et du pouvoir impérial. La résidence de l'empereur et le parlement de l'empire sont situés au centre de la Cité Interdite.

   

La planète Gayanès abrite également le Toledo, forteresse colossale, siège des Immortels, les militaires de la garde rapprochée de l'empereur. Ces militaires sont au nombre d'un million et ils sont nommés Immortels car lorsque l'un d'eux décède, il est aussitôt remplacé par un nouveau. Les Immortels sont sous les ordres de Oued, le Commandeur Suprême.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 13:35

 

J'ai écrit le roman de science-fiction intitulé "Le Mensékhar" en 1996.

 

Passionné de mythologie grecque et de science fiction depuis toujours, il me semblait que les héros grecs étaient atemporels et il me paraissait intéressant de transposer leurs passions dans un futur (im)probable. De là est né le Mensékhar.

 

Le roman s'est naturellement construit autour de deux personnages pivots dont je souhaitais conserver les prénoms antiques tant leurs traits de caractère correspondaient parfaitement à leur légende.

 

Le héros s'appelle Adonis, il est par conséquent beau et intelligent. Mais comme il est jeune (17 ans), il manque un peu d'expérience et de maturité, sa vivacité d'esprit est donc salutaire pour lui permettre de faire face aux péripéties qui l'attendent. Tout comme le dieu grec de l'Antiquité, Adonis se voit tiraillé entre plusieurs femmes fascinées par sa grande beauté. Son physique d'éphèbe s'avère finalement être en réalité plus un handicap qu'un avantage.

 

Le second personnage du roman se prénomme Sappho. Dans l'antiquité, il s'agissait d'une poétesse vivant à Mytilène sur l'île de Lesbos. Son amour pour les femmes est sous-entendu dans certains de ces poèmes, mais sa vie est peu connue, tant la légende s'est substituée au personnage historique. Dans le Mensékhar, la Princesse Sappho est la soeur de l'Empereur de tout l'univers. Elle n'aime que les femmes et convoite le pouvoir suprême.

 

Les autres personnages du roman n'ont pas de référent mythologique. Néanmoins, le Mensékhar peut être considéré comme une tragédie pour la raison suivante : les personnages principaux du roman, de rang élévé, sont impuissants face aux forces supérieures (leur égo et leur ambition) qui les manipulent. Le dénouement dramatique relève presque de la fatalité, tant les personnages sont dépendants de leurs pulsions : s'ils courent à leur perte, c'est parce que c'est dans leur nature. On pourrait traduire cela par "ils ne récoltent que ce qu'ils sèment" ou par "qui sème le vent récolte la tempête". Tout comme dans la tragédie, il y a une vocation didactique dans le Mensékhar, c'est-à-dire qu'il vise à enseigner une vérité morale.

 

Le Mensékhar signifie "l'apocalypse", c'est-à-dire la fin du monde. La vérité morale sous-jacente du roman est que l'on a que ce que l'on mérite. J'ai voulu montrer que l'homme pouvait causer sa propre perte et qu'il n'avait besoin de personne pour l'y aider (guerres, déforestation, polution, etc.). A l'inverse il n'appartient qu'à lui de changer de comportement et de s'octroyer un futur nettement plus radieux.

 

Je vais publier un ou deux chapitres par semaine, le temps pour moi de corriger un peu la syntaxe et d'avoir quelques images pour illustrer l'univers fantastique du Mensékhar au travers d'articles comme celui-ci. Toutes les illustrations de ce site (à l'exception des photos) ont été réalisées par Sophie COLMERAUER dont le blog est cité dans les liens. Grâce à elle, le roman prend vie et je l'en remercie.

 

Les 4 premiers chapitres seront publiés sous forme de pages, les suivants le seront sous forme d'articles.

 

Le roman commence ici .

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article