Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Mensékhar
  • Le blog du Mensékhar
  • : Présentation et publication intégrale de mon ouvrage de science-fiction appelé le Mensékhar
  • Contact

Visiteurs

 

Depuis le début du site, le nombre de visiteurs s'élève à :

   

Recherche

Archives

Catégories

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 22:19

 

"Le soleil se levait derrière les crêtes rocheuses, sur l'immense plaine désertique. Tout était rouge dans ce paysage mélancolique, un rouge dont les dégradés variaient à l'infini selon l'intensité de la lumière et les aspérités du relief. Le soleil lui même s'empourprait dans une combustion sans cesse renouvelée, des premières lueurs du matin jusqu'aux derniers feux du soir où il embrasait littéralement les cieux. Telle était Iadès, la grande planète désertique située au centre de l'univers." 

 

Mémoires de l'empereur Sheshonq : le jour où je fus sacré sur Iadès. 

 

Iadès7

 

La vie humaine ne pouvait pas perdurer très longtemps sur cette planète hostile et dangereuse. Les températures qui avoisinaient les soixante degrés à l'ombre en milieu de journée étaient au contraire négatives la nuit. Les rares cours d'eau qui traversaient les canyons tortueux étaient en général souillés par la terre rougeâtre qu'ils charriaient dans leurs flots déchaînés.

 

Pourtant, en dépit de toutes ces imperfections, Iadès restait la planète la plus convoitée de l'univers. Peuplée de chétifs rats du désert et de quelques rares variétés d'insectes, elle était avant tout l'unique repaire des protonyx, les animaux sacrés de la Maison Impériale.

 

Lors d'un voyage à Istambul en 2005, j'ai visité le musée des mosaïques byzantines situé à deux pas de la basilique Sainte Sophie et de la Mosquée Bleue. Le bâtiment d'aspect modeste renferme des splendeurs insoupçonnables de l'art antique : le parterre de mosaïques du Grand Palais des empereurs byzantins. Parmi les nombreuses représentations exposées dans ce musée, figure un animal mythologique qui m'a immédiatement fait penser aux protonyx du Mensékhar.

 

Image Protonyx2

 

Les protonyx, dotés d'un corps de lion et d'une tête de serpent surmontée de deux cornes, sont de cruels prédateurs, des tueurs implacables qui ne laissent aucun survivant sur leur passage. Leur morsure fatale a la particularité de faire mourir instantanément de vieillesse. Seuls les prétendants au trône, les descendants d'Etran, de par le sang qui coulent dans leurs veines, sont immunisés contre le venin mortel des protonyx.

 

Seuls les descendants du Premier Empereur sont également capables de contrôler mentalement les protonyx afin de les empêcher de créer de l'antimatière (l'antimatière et la matière peuvent s'annihiler mutuellement lorsqu'elles rentrent en contact). Sans empereur, l'univers est condamné au chaos et à la destruction. La dynastie d'Etran s'impose en entretenant la terreur.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 15:26

 

La Nuit des temps est un roman français de René Barjavel que j'ai lu en 1983, à la suite de Niourk, toujours sur les conseils du même professeur de français. Je n'ai eu cet enseignant qu'en classe de 6ème car j'ai changé de collège l'année suivante : c'est donc la seule fois dans toute ma scolarité que j'ai eu l'occasion de rencontrer un professeur de français amateur de science-fiction (En 5ème, dans le nouveau collège, les cours de français étaient encore plus hors norme car l'enseignant nous faisait travailler sur les chansons de Renaud : "Mme Thatcher" notamment).

 

La couverture du roman de Barjavel que j'ai lu se présentait ainsi :

 

NUIT DES TEMPS 

 

La Nuit des temps est avant tout une très belle histoire d'amour superbement écrite.

 

"Que tes souvenirs étaient tirés du vide. Du néant. Que la lumière, l'espoir, la vie était dans notre présent, avec nous. J'ai tranché derrière toi avec une hache. Je t'ai fait mal. Mais toi, la première, en prononçant son nom, tu m'avais broyé le coeur."

 

Une histoire d'amour un peu empruntée à Shakespeare, on ne peut s'empêcher de penser à Roméo et Juliette.

 

Le roman commence dans une atmosphère insolite : en Antartique (Pôle Sud), à une profondeur de 1000 mètres, une expédition française découvre une sphère en or émettant un signal. Dans la sphère se trouve un oeuf et dans l'oeuf, un homme et une femme endormis depuis 900 000 ans.

 

Les principaux personnages de la Nuit des Temps sont :

- Le Docteur Simon : c'est le personnage principal du roman. C'est le médecin de la mission française en Antartique qui découvre le signal sous la glace.

- Eléa : beauté éternelle de la femme découverte dans l'oeuf sous les glaces de l'Antartique.

- Païkan : c'est l'amour d'Eléa.

- Coban : c'est la plus grand savant de Gondawa, la mystérieuse civilisation de l'homme et de la femme découverts sous les glaces de l'Antartique.

- Joe Hoover : c'est le chimiste américain de l'expédition.

- Léonova : c'est une anthropologue chef de la délégation soviétique.

- Le Docteur Lebeau : médecin réanimateur français.

- Lukos : traducteur turc de l'expédition.

- Rochefoux : Chef des expéditions polaires françaises.

- Brivaux : Ingénieur des expéditions polaires françaises.

- Moïssov : réanimateur soviétique.

- Grey : Glaciologue des expéditions polaires françaises.

- Lanson : ingénieur anglais chargé de la télévision.

- Lokan : président du Gondawa

- Hoï-To : physicien japonais.

- Mourad : adjoint de Lukos

- Vignont : famille française suivant la découverte en Antartique grâce aux journaux télévisés. Elle est composée, du père, de la mère, du fils et de la fille.

 

Je ne vais pas révéler les éléments de l'intrigue car la Nuit des temps est un roman qui distille progressivement les clés du mystère. 

 

La Nuit des temps est une réussite du genre, mêlant action et suspens, on ne peut pas s'empêcher de dévorer le livre du début jusqu'à la fin.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 10:37

 

J'ai découvert la science-fiction en lisant Niourk de Stefan Wul. C'était en 1983, j'étais en 6ème et un professeur de français un peu original nous avait initié à la science-fiction en nous faisant lire ce classique destiné à un jeune public.

 

Voici la couverture du roman que j'avais lu dans la collection folio junior :

 

NIOURK

 

"La tribu avait élu domicile dans la vaste dépression située entre la chaîne Cuba au Nord, les monts Haït à l'Est et les lointains contreforts du massif Jamaï. L'herbe y était toujours verte et le gibier abondait..."

 

Le roman décrit les pérégrinations d'une tribu dans un monde post apocalyptique dans lequel l'humanité a régressé suite à une catastrophe écologique majeure. La terre a été abandonnée par les hommes au profit de Vénus, à l'exception de quelques tribus barbares à l'état sauvage.

 

Le héros est un enfant noir (le seul de la tribu) qui part à la recherche du sorcier de la tribu, lui même parti en direction du domaine des dieux. Cet enfant va décupler son intelligence au fil de son périple, sous l'influence des radiations.

 

Niourk est l'aboutissement du périple, la ville mythique de New York où vivent les dieux. 

 

Les personnages de Niourk sont :

- l'enfant noir appelé plus tard Alf : héros de l'histoire

- le Vieux : sorcier de la tribu de l'enfant noir

- Thôz : guerrier et chef de la tribu de l'enfant noir

- Bagh : guerrier de la tribu de l'enfant noir

- Capt 4 ou Jax : capitaine androïde de Vénus

- Doc 1 : médecin androïde de Vénus

- Ing 3 ou Bring : ingénieur androïde de Vénus  

 

Niourk est un roman initiatique. C'est aussi un roman d'apprentissage : le style narratif du début est très simple, car il se situe au niveau culturel de la tribu qui est plus que sommaire (satisfaction des besoins alimentaires et survie du groupe). Le style progresse ensuite, au fur et à mesure que progresse la connaissance de l'enfant noir.

 

Ce roman est idéal pour découvrir l'univers de la science-fiction, pour les jeunes (11-13 ans) et pour les moins jeunes.

 

Cliquez sur le lien qui suit pour accéder au résumé détaillé de Niourk chapitre par chapitre. 

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 22:10

 

La Planète Okara appartient aux savants et abrite l'université de l'empire galactique, composée de 50 écoles supérieures. Parmi ces écoles, la plus prestigieuse est celle de l'Elakil au sein de laquelle Adonis et Wacé ont passé leur 5 années universitaires.

 

Au centre de ces 50 écoles, se trouve l'Apanama, la résidence privée des savants, une cité entourée d'une enceinte de 10 kilomètres de diamètre. Au coeur de l'Apanama, s'élève une tour hélicoïdale de 60 mètres de hauteur, le palais de Syris, la Doyenne de l'Université.

 

Palais-de-Syris.JPG

 

En raison de sa forme originale, le monument a été surnommé le cône. Les niches de l'étage inférieur contiennent les statues des plus grands savants de l'Apanama. La terrasse située au sommet de la tour permet à la doyenne de l'université de mettre en scène ses rares apparitions, en général le jour de la remise des diplômes qui correspond au premier jour de l'été.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:42

 

Le Mensékhar est divisé en trois livres.

 

Le premier livre est intitulé le Maître du Trône car l'empereur Sheshonq est au centre des intrigues. Composé de 19 chapitres, ce livre relate pour l'essentiel la mission d'Adonis sur Gayanès.

 

A ce jour, j'ai publié les 4 premiers chapitres qui posent les bases de l'intrigue et présentent les principaux personnages.

 

Chapitre 1 : remise des diplôme sur la planète Okara. Personnages par ordre d'apparition : Adonis, Wacé, Syris, Sheshonq, Irz'gune.

 

Chapitre 2 : toujours sur Okara, Syris dévoile à l'empereur son invention secrète qui permet de se rematérialiser dans un autre corps.

 

Chapitre 3 : sur la Planète-Mère, Irz'gune prépare Adonis à sa mission sur Gayanès.

 

Chapitre 4 : sur Gayanès, Eden fait un rêve prémonitoire qui l'inquiète à tel point qu'il va sur le champ consulter une chiromancienne de sa tante. Personnages par ordre d'apparition : Eden, Elia, Sappho.

 

Les chapitres suivants du Mensékhar seront publiés sous la forme d'articles. 

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 12:50

 

Le collège des savants c'est scindé en deux groupes après la mort d'Etran. Les scientifiques d'une part qui résident au sein de l'université sur la planète Okara et les sages qui ont élu domicile sur la Planète-Mère.

 

Contrairement aux scientifiques d'Okara, les sages de la Planète-Mère refusent la plupart des technologies. Ils ont développé des capacités paranormales : décorporations et prescience.  Ils semblent inoffensifs au premier abord, mais ils ont développé une idéologie radicale que personne ne soupçonne. Leur chef s'appelle Irz'gune, c'est lui qui a recueilli Adonis lorsque ce dernier a été abandonné par sa mère à la naissance.

 

Irz'gune est âgé d'environ 65 ans. Son crâne est dégarni et il porte une longue barbe blanche. 

 

IRZ-GUNE.JPG

 

Adonis a vécu pendant les 12 premières années de sa vie auprès des sages de la Planète-Mère.  Il partage naturellement leurs aspirations. Irz'gune croit beaucoup dans le potentiel d'Adonis : c'est pour cette raison qu'il a décidé d'envoyer son protégé étudier chez les scientifiques d'Okara, pourtant ennemis jurés des sages. Irz'gune espère ainsi faire d'Adonis un homme accompli dans tous les domaines qui deviendra le fer de lance des sages. Au départ, Adonis accepte volontiers la mission qui lui est confiée par Irz'gune, par la suite, il deviendra de plus en plus critique vis à vis des projets révélés au grand jour de son mentor. 

 

Irz'gune perdra la confiance d'Adonis et bien plus encore...

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 09:57

 

Après avoir achevé mon roman en 1996, je me suis naturellement mis en quête d'un éditeur dans le but de le faire publier. J'ai bien entendu reçu de nombreuses réponses négatives toutes assez stéréotypées ("en dépit des qualités de votre roman...").

 

En 1998, le Mensékhar a néanmoins obtenu un écho très favorable de la part du comité de lecture d'un grand éditeur parisien. Ce comité estimait que le roman avait de bonnes chances d'être édité, mais il était très réservé sur la fin de l'histoire.

 

Pour comprendre la position de cet éditeur, il faut se placer dans le contexte de l'époque. L'An 2000 approchait et de nombreux charlatans tenaient pour imminente la fin du monde. Le Mensékhar traitant de visions apocalyptiques, il était un peu dans l'air du temps, trop peut être. L'éditeur craignait l'assimilation du roman à des thèses extrémistes (sectes millénaristes), ce qui explique sa réserve sur la conclusion de l'ouvrage et sur son éventuelle publication en l'état.

 

Entre temps l'éditeur avait changé de politique éditoriale et ne souhaitait plus publier de nouveaux auteurs. Je n'ai donc pas eu l'occasion de reprendre la fin comme il me le suggérait.

 

L'An 2000 est bien loin maintenant et je pense que l'actualité est plus favorable au Mensékhar. Encore que l'apocalypse soit annoncée cette fois-ci pour le 21 décembre 2012 (calendrier Maya faisant foi).

 

Je reste néanmoins ouvert à toute proposition de publication. 

 

Le comité de lecture de l'éditeur en question m'avait adressé un résumé du roman : "Le jour où Adonis et Wacé recçoivent leur diplôme universitaire et passent leur dernière journée sur la planète Okara, ils ignorent que l'Empire galactique, fondé il y a des millénaires par Etran, est menacé de disparaître. Pendant que l'empereur actuel s'éteint, victime d'une mystérieuse maladie, et que l'héritier, Eden, semble trop faible, sa soeur Sappho tente de prendre le pouvoir que convoite également la vieille doyenne Syris, détentrice d'une invention qui permet se se rematérialiser dans un autre corps. Rencontrant Adonis, Sappho, haïssant jusqu'alors les hommes, tombe éperdument amoureuse de ce beau jeune homme..."

 

Le résumé était suivi de la conclusion suivante : "Un ouvrage de science-fiction plus proche de la fiction que de la science. Les emprunts à la mythologie sont nombreux : le bel Adonis, les malheurs de Sappho, les Amazones, les pouvoirs du premier empereur de créer la vie à partir de la matière. Le roman est riche, presque trop riche en péripéties qui s'enchaînent sans aucun temps mort. Le récit se meut à travers les galaxies et les planètes avec une assurance certaine. A chaque page, une idée prouve l'imagination de l'auteur. Une seule restriction cependant, cette fin où..."

 

J'ai volontairement tronqué la fin du résumé ainsi que celle de la conclusion afin de garder le suspens sur le déroulement de l'intrigue.

 

La fin vous étonnera...

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 19:53

 

Le Prince Eden est l'unique fils légitime de l'Empereur Sheshonq. Cette naissance fait de lui le Proèdre, c'est-à-dire l'héritier du trône. Par conséquent, il est malgré lui au centre de toutes les intrigues.

 

Les yeux marrons du Proèdre sont légèrement cernés de noir, ce qui renforce la noblesse de ses traits. Ses cheveux sont courts et foncés. 

 

EDEN

 

Son ancêtre Etran a tracé pour lui une destinée bien plus ambitieuse que l'accession au trône impérial. Grâce à Eden, Adonis va être révélé. La réunion des deux opposés, d'Eden qui symbolise la lune et les ténèbres et d'Adonis qui symbolise le soleil et la lumière va aboutir à la naissance d'un esprit nouveau, doté de plus de pouvoirs et de puissance que le Premier Empereur lui-même, assurant par là même une porte de sortie à l'humanité.

 

Mais le Prince Eden ignore tout de son potentiel. Au yeux de tous, c'est un jeune homme immature, écrasé par le poids de la couronne qui lui est destinée. La Princesse Sappho veut le perdre pour gagner le trône, la Doyenne de l'université compte s'emparer de son corps pour retrouver sa jeunesse et se hisser au sommet du pouvoir. Son propre père est prêt à le sacrifier. Seul Adonis sera en mesure de le comprendre et de lui permettre d'accomplir sa destinée.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 16:14

 

La Princesse Sappho est la soeur aînée de l'empereur Sheshonq. Elle aurait dû régner, de préférence à son cadet, si la règle de succession au trône n'avait pas préféré "l'homme à la femme". Ecartée injustement selon elle du pouvoir, la Princesse n'a de cesse de récupérer ce trône impérial qu'elle estime lui revenir de droit. La maladie de son frère ravive ses espoirs, néanmoins, son neveu, le Prince Eden, la précède encore dans l'ordre de succession.  

 

La Princesse est fantasque, elle se moque des conventions. Tout comme son homonyme de l'Antiquité, elle ne cache pas son attirance pour les femmes. Ses préférences sexuelles fragilisent ses prétentions au trône, au nom de la morale d'abord, mais surtout parce que Sappho refuse de se marier et d'enfanter un héritier.

 

La Princesse Sappho est âgée de 43 ans, ses joues roses sont légèrement saillantes, ses lèvres sont fermes, ses yeux sont gris et ses cheveux auburn.

 

SAPPHO

 

Alors que ses rêves sont sur le point de se réaliser et qu'elle s'apprête à devenir la première femme a succéder à Etran, Sappho va s'éprendre éperdument d'Adonis.

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 15:49

 

Adonis est le personnage principal du Mensékhar. Il en est en grande partie l'inspiration.

  

Dès le début, je me le suis représenté comme un éphèbe grec à la chevelure bouclée. Fruit d'une union prohibée, tiraillé par la passion qu'il suscite chez les femmes, j'ai tout de suite fait le rapprochement avec le dieu grec Adonis. Il m'a alors semblé naturel de lui donner ce nom qui lui correspondait si bien.

 

Les yeux d'Adonis sont dorés comme ses cheveux bouclés. Le jeune homme est âgé de 17 ans, les traits de son visage sont fins et agréables.

 

 

Sophie COLMERAUER l'a réussi au premier croquis :

 

ADONIS

 

Adonis a été abandonné par sa mère dès sa naissance. Irz'gune, le vieux sage qui l'a recueilli et élevé, est la seule personne a connaître le secret de ses origines. Celles-ci sont dévoilées assez rapidement dans le roman, car elles en constituent la trame.

 

Adonis a vécu auprès des sages de la Planète-Mère jusqu'à son douzième anniversaire. La Planète-Mère aussi appelée Planète-Bleue est recouverte aux deux tiers par des océans. Elle est quasiment désertique, ses seuls habitants étant des ermites appelés sages.

 

De 12 à 17 ans, Adonis étudie à l'Elakil, la plus prestigieuse des écoles de l'Empire située sur la Planète Okara. Adonis n'a dû son admission à l'Elakil, école réservée aux élites du régime, qu'à ses prédispositions exceptionnelles.

 

Le roman commence sur Okara, lorsque Adonis termine son cycle scolaire et s'en retourne vivre sur la Planète-Mère.

 

Le jeune homme pourrait sembler trop parfait (il est jeune, beau et intelligent), s'il n'avait pas les défauts de ses qualités. En raison de sa jeunesse, il manque d'expérience et de maturité. Conscient de son intelligence, il pêche par orgueil, notamment lorsqu'il perd aux échecs contre Sappho à cause de sa trop grande assurance. Enfin, sa beauté quasi fatale le condamne à d'inextricables relations avec les femmes.

 

Au début du roman, Adonis n'a aucun pouvoir, contrairement à d'autres personnages comme Etran ou la princesse Sappho. Par la suite, son maître Irz'gune lui enseigne l'art de la décorporation. Enfin, lors d'une expérience quasiment mystique, il accède à l'esprit d'Etran, sorte de conscience universelle qui préside aux destinées de tous les protagonistes de l'histoire.

 

Le Mensékhar est en quelque sorte un voyage initiatique pour Adonis. Le jeune homme va en sortir grandi et métamorphosé.

 

Son histoire commence ici

 

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article