Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Mensékhar
  • Le blog du Mensékhar
  • : Présentation et publication intégrale de mon ouvrage de science-fiction appelé le Mensékhar
  • Contact

Visiteurs

 

Depuis le début du site, le nombre de visiteurs s'élève à :

   

Recherche

Archives

Catégories

27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 13:35

 

J'ai écrit le roman de science-fiction intitulé "Le Mensékhar" en 1996.

 

Passionné de mythologie grecque et de science fiction depuis toujours, il me semblait que les héros grecs étaient atemporels et il me paraissait intéressant de transposer leurs passions dans un futur (im)probable. De là est né le Mensékhar.

 

Le roman s'est naturellement construit autour de deux personnages pivots dont je souhaitais conserver les prénoms antiques tant leurs traits de caractère correspondaient parfaitement à leur légende.

 

Le héros s'appelle Adonis, il est par conséquent beau et intelligent. Mais comme il est jeune (17 ans), il manque un peu d'expérience et de maturité, sa vivacité d'esprit est donc salutaire pour lui permettre de faire face aux péripéties qui l'attendent. Tout comme le dieu grec de l'Antiquité, Adonis se voit tiraillé entre plusieurs femmes fascinées par sa grande beauté. Son physique d'éphèbe s'avère finalement être en réalité plus un handicap qu'un avantage.

 

Le second personnage du roman se prénomme Sappho. Dans l'antiquité, il s'agissait d'une poétesse vivant à Mytilène sur l'île de Lesbos. Son amour pour les femmes est sous-entendu dans certains de ces poèmes, mais sa vie est peu connue, tant la légende s'est substituée au personnage historique. Dans le Mensékhar, la Princesse Sappho est la soeur de l'Empereur de tout l'univers. Elle n'aime que les femmes et convoite le pouvoir suprême.

 

Les autres personnages du roman n'ont pas de référent mythologique. Néanmoins, le Mensékhar peut être considéré comme une tragédie pour la raison suivante : les personnages principaux du roman, de rang élévé, sont impuissants face aux forces supérieures (leur égo et leur ambition) qui les manipulent. Le dénouement dramatique relève presque de la fatalité, tant les personnages sont dépendants de leurs pulsions : s'ils courent à leur perte, c'est parce que c'est dans leur nature. On pourrait traduire cela par "ils ne récoltent que ce qu'ils sèment" ou par "qui sème le vent récolte la tempête". Tout comme dans la tragédie, il y a une vocation didactique dans le Mensékhar, c'est-à-dire qu'il vise à enseigner une vérité morale.

 

Le Mensékhar signifie "l'apocalypse", c'est-à-dire la fin du monde. La vérité morale sous-jacente du roman est que l'on a que ce que l'on mérite. J'ai voulu montrer que l'homme pouvait causer sa propre perte et qu'il n'avait besoin de personne pour l'y aider (guerres, déforestation, polution, etc.). A l'inverse il n'appartient qu'à lui de changer de comportement et de s'octroyer un futur nettement plus radieux.

 

Je vais publier un ou deux chapitres par semaine, le temps pour moi de corriger un peu la syntaxe et d'avoir quelques images pour illustrer l'univers fantastique du Mensékhar au travers d'articles comme celui-ci. Toutes les illustrations de ce site (à l'exception des photos) ont été réalisées par Sophie COLMERAUER dont le blog est cité dans les liens. Grâce à elle, le roman prend vie et je l'en remercie.

 

Les 4 premiers chapitres seront publiés sous forme de pages, les suivants le seront sous forme d'articles.

 

Le roman commence ici .

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article

commentaires

betty 09/01/2013 22:39

Bonjour,
Ton blog est génial et je vais lire ton roman qui a l'air très intrigant. J'en ai lu un dernièrement qui m'a beaucoup plu et qui parle de la vie de Jésus mais en science fiction. TRES surprenant.
Je l'ai trouvé sur google il s'appelle l'alliance ou l'an zéro la vérité ! et c'est de Al Vasquez. Peut-être connais-tu ? Tu as eu une bonne idée pour ton livre.
J'ai aussi vu une pétition sur les ovnis très intéressante et à faire suivre :
http://www.avaaz.org/fr/petition/Que_le_gouvernement_francais_devoile_ses_documents_topsecrets_concernant_les_Extraterrestres/?tyMyBdb
peut-être peux-tu faire suivre à tes amis ?
Merci en tout cas, je fais suivre ton blog.
A bientôt
Betty

Eloïs LOM 13/01/2013 09:13



Bonjour,


Je te remercie pour tes renseignements et tes encouragements.


N'hésite pas à me faire part de tes impressions sur le Mensékhar.


A bientôt,


Eloïs



fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 21/04/2012 00:56

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 20/04/2012 13:20

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)

Alexander Doria 14/08/2011 12:00


Bonjour,

Ton roman est vraiment intéressant. J'aime bien le point de départ de l'intrigue (croiser mythologie grecques et SF). Mais ce que je trouve assez remarquable, c'est la mise en scène éditoriale
(renvois, hypertextes…). Ça mériterait d'être plus connu. En attendant, je me suis permis de te citer en exemple dans une petite analyse personnelle du roman-feuilleton sur le web :
http://wikitrekk.blogspot.com/2011/08/le-web-roman-feuilleton-present-et.html

Bonne continuation


Eloïs LOM 06/09/2011 15:13



Bonjour,


Je te remercie vivement pour tes encouragements.


J'ai visité ton site que j'ai trouvé très agréable : c'est bien écrit, bien construit, je ne manquerai pas de déposer des commentaires lors de mes prochaines visites.


A bientôt



chloé 04/06/2011 12:20


Coucou !

Je suis venue continuer ma lecture avec plaisir, d’autant que tu sais varier les ambiances !

J’ai été conquise par ton aptitude à complètement changer de style, que je n’avais pas encore découverte.

Voici quelques remarques un peu plus constructives :

Suhaussés : le terme n’existe pas, je dirais soulignés ou rehaussés, ou bien mis en valeur

Une petite remarque qui n’engage que moi : tu introduis ici une succube dont tu ne parles que physiquement et puis l’histoire continue comme si de rien était. C’est une créature que l’on ne croise
pas souvent, tu n’en as jamais mentionnées jusqu’ici. A mon avis il faudrait développer sur ce qu’elle fait là, ou bien au moins développer ce mystère si tu veux que ça en reste un.

A moins que tu en parles plus tard, je n’ai pas terminé l’extrait, j’en suis au moment où Sappho s’habille – effectivement, ça me paraît raisonnable devant son neveu :)


chloé 28/05/2011 23:52


bonsoir encore,
j'ai continué ma lecture avec plaisir, j'en suis dans le chap 4, au moment où il part chez sa tante pour interpréter ce fameux cauchemar
tu sais ménager le suspense !

voilà quelques suggestions pour toi :
trembler dans tout son être : de tout son être
Faites moi confiance : faites-moi

à bientôt !


chloé 28/05/2011 23:36


ha mais c'était pas du tout parce qu'elle est décédée. c'est davantage qu'il est un grand garçon, maintenant, quand bien même sa mère était la figure rassurante et aimée lorsqu'elle était en vie et
qu'il était gamin, il me semble qu'à partir d'un certain âge, même face à une peur incommensurable, on n'appellerait pas sa mère, mais bon c'est sans doute personnel.


chloé 15/05/2011 22:49


Bonsoir,

J'en suis à la mort d'Eden, bravo pour cette partie, très détaillée depuis le moment où il se perd dans sa propre chambre.

Je me suis creusée la tête pour trouver quelque chose de constructif à t'offrir :

Il n’apercevait même plus leurs lueurs diffuses : j'aurais mis leur lueur diffuse : il y a trois lunes, mais elles produisent une seule lueur diffuse, non ?

J'ai un problème avec le fait qu'il appelle sa mère décédée. Je ne trouve pas cela très crédible, mais peut-être n'est-ce que personnel. Demande autour de toi, fais un petit sondage. Je crois que
ça vaudrait le coup.

A bientôt le plaisir de revenir te lire


Eloïs LOM 16/05/2011 13:51



J'ai tendance à mettre des pluriels là où ce n'est pas nécessaire : "leur lueur diffuse", c'est mieux en effet.


Comme il s'agit d'un cauchemar, je pensais qu'il pouvait appeler sa mère décédée. La trame des rêves s'inspire de la réalité, mais peut prendre parfois des libertés. On peut se retrouver
face à des personnages décédés ou qu'on ne cotoie plus depuis longtemps. Personnellement, ça m'est déjà arrivé.


Je vais faire un petit sondage pour avoir des avis à ce sujet.


Merci pour tes remarques.



chloé 13/05/2011 23:25


Bonsoir,

J'ai entamé avec plaisir le chapitre 4. J'ai bien aimé changer de cadre et de point de vue. En plus ces monstrueux prédateurs introduisent un danger dont on ne savait rien, ce qui fait évoluer ton
roman en douceur mais notoirement.

Je n'ai qu'un tout petit quelque chose pour améliorer ton écriture qui devient de plus en plus parfaite :

La pression exercée par la gueule du monstre s’était relâchée, la tête d’Eden, en tombant, avait heurté le sol pierreux. : je vois bien plutôt :

La pression exercée par la gueule du monstre s’était relâchée, puis la tête d’Eden, en tombant, avait heurté le sol pierreux.

Au plaisir de te lire


Eloïs LOM 14/05/2011 08:43



Je te remercie pour tes remarques, je vais profiter du week-end pour effectuer les modifications.



chloé 08/05/2011 10:02


coucou !

je suis venue achever ce chap 3, qui éveille bien sûr ma curiosité quant à cette info soigneusement cachée

je n'ai qu'une correction pour ce passage :

Informations qui d'avèreraient : s'avéreraient

au plaisir !