Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Mensékhar
  • Le blog du Mensékhar
  • : Présentation et publication intégrale de mon ouvrage de science-fiction appelé le Mensékhar
  • Contact

Visiteurs

 

Depuis le début du site, le nombre de visiteurs s'élève à :

   

Recherche

Archives

Catégories

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 00:01

 

Le nom d’Adonis vient du phénicien Adon qui signifie Seigneur. Le mythe d’Adonis, divinité phénicienne, est originaire du port de Byblos. Il subit quelques modifications en Egypte et à Chypre avant de parvenir en Grèce.

 

Adonis-dans-la-mythologie.JPG

 

Adonis est un dieu symbolisant la mort et le renouveau de la nature dans le cycle des saisons. En hiver, il descend dans le royaume d’Hadès rejoindre Perséphone. Au printemps, il revient sur terre s’unir à Aphrodite.

 

Le culte d’Adonis est à rapprocher des cultes plus anciens du dieu égyptien Osiris et du dieu babylonien Tammuz. Le christianisme a magnifié ces anciennes religions à mystères en célébrant la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Ce n’est pas un hasard si la fête de Pâques marque le début du printemps et de la germination.

 

D’après la tradition hellénistique, la femme d’un roi de Chypre nommé Cyniras se vanta imprudemment que sa fille, Myrrha (ou Smyrna), était plus belle que la déesse Aphrodite elle-même.

La déesse se vengea de l'insulte en faisant naître dans le cœur de Myrrha un amour incestueux. La jeune femme entra dans lit de son père par une nuit très sombre avec la complicité de sa nourrice qui l'avait enivré au point de ne plus savoir ce qu'il faisait.

 

Cette histoire n’est pas sans rappeler la légende biblique des filles de Loth couchant avec leur père après l’avoir enivré (Genèse 19 : 31-32).

 

Par la suite, Cyniras s'aperçut de la supercherie. Fou de colère, il saisit une épée pour tuer sa fille. Mais Aphrodite changea promptement Myrrha en arbre à myrrhe et l'épée du roi, en s'abattant, fendit le tronc en deux: le jeune Adonis en sortit.

Adonis fut recueilli par Aphrodite qui le confia à Perséphone, reine des Enfers. Il était si charmant qu'elle en fit son amant. Aphrodite se rendit aux Enfers pour réclamer Adonis, mais Perséphone refusa de le laisser partir. Aphrodite en appela alors à Zeus.

 

Zeus résolut leur querelle en ordonnant au jeune homme de passer un tiers de l'année avec Aphrodite, un tiers avec Perséphone et le dernier avec la personne de son choix. Si Adonis respecta à la lettre les exigences du roi des dieux, il choisit cependant de consacrer le tiers de l'année restant à Aphrodite afin de vivre pleinement son amour pour elle.


Dès lors, le partage n'était plus équitable et l'amour qui liait Aphrodite à Adonis attisa la convoitise des autres dieux. Perséphone, justement affligée, se rendit en Thrace où elle raconta perfidement à Arès, qu'Aphrodite sa maîtresse lui préférait à présent Adonis. Arès devint fou de jalousie.

 

Un jour, Adonis, aimant chasser, parcourut la forêt et affronta un sanglier furieux envoyé contre lui par Arès. L'animal blessé le chargea et le jeune Adonis s'effondra, blessé mortellement à la jambe. Une goutte de son sang tomba par terre et donna naissance à l'anémone.

 

D’autres versions prétendent que l’instigateur de ce drame serait Apollon. Le dieu aurait voulu se venger d’Aphrodite qui avait rendu son fils aveugle pour l’avoir surprise nue au bain.

 

Aphrodite créa une fête funèbre en l'honneur d'Adonis célébrée par les femmes syriennes au début du printemps. On plantait toute sorte de graines que l'on forçait avec de l'eau tiède pour les faire pousser plus vite. En Grèce, on célébrait les Adonies en l’honneur d’Adonis et ces festivités duraient huit jours.

 

C’est Ovide, le poète latin du premier siècle après J.C., qui dans ses Métamorphoses, nous a laissé le texte le plus poétique et le plus célèbre sur la naissance, les amours et la fin tragique d'Adonis.

 

Le héros du Mensékhar s’appelle Adonis, tout comme le dieu de la mythologie grecque. Son destin dans mon roman est cependant quelque peu différent de celui de son homonyme de l'Antiquité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eloïs LOM
commenter cet article

commentaires

Maignan clement 25/05/2016 13:40

Je sais pas

elena 07/05/2015 10:10

Bonjour Monsieur Eloïs Lom dans quel lui avez vous exposer l'oeuvre et dans quel musée

ROGEER 28/01/2011 21:36


YO MAAN CAAVA.? :P


paul 08/12/2015 16:12

yes toé